Blogue

Du Gilles Vigneault chanté à Jack Nicholson

jeudi 17 mai 2018

Dans mon article «Conan le barbare aime la poésie et autres traques insolites de la littérature au cinéma», je critiquais la traduction québécoise vulgaire de la comédie d’action Mon meilleur ennemi (le film 9 de ma liste). En revanche, aujourd’hui, j’ai des compliments à faire pour la traduction québécoise du film La promesse (réalisé par Sean Penn), où lors de la fête de retraite du détective Jerry Black (Jack Nicholson), ses collègues lui chantent : «Mon cher Jerry, c’est à tour de te laisser parler d’amour…» C’est le refrain de la chanson Gens du pays composée en 1975 par notre poète nationaliste Gilles Vigneault, et c’est sur le Mont-Royal en 1976 qu’il a invité les Québécois à le chanter lors des célébrations d’anniversaire en lieu et place de Bonne Fête ou Happy Birthday. Le film La promesse est sorti en 2001, du temps où on le chantait encore beaucoup, ce refrain de Vigneault. Mais ces dernières années, je l’ai moins entendu. Et vous ?

Robert Lalonde et le poisson du supermarché

mercredi 25 avril 2018

Je ne cacherai pas avoir une télé au pied de mon lit. Très utile en cas d’insomnie, les meilleurs documentaires étant souvent programmés au milieu de la nuit. Or, ce matin, j’ai retrouvé sur la tablette où je note irrégulièrement mon poids, cette phrase : «S’il n’y a rien de spécial, c’est que rien ne se passe.» Je pense l’avoir entendue au petit écran, mais je n’ai pas noté le nom de la personnalité qui a dit cela. Je ne pense pas que cela soit moi! Mais, après réflexion, peut-être est-ce de mon cru tant ces mots reflètent ma pensée. Je vis de cette façon et hier soir, j’ai eu la confirmation (si tant était besoin que cela me soit confirmé) que Robert Lalonde aussi vivait ainsi. Cette phrase résume la pensée d’un écrivain. Elle est processus de création. Hier soir, à la bibliothèque Gabrielle-Roy de Laval, Robert Lalonde a raconté avoir fixé du poisson dans le comptoir frigorifié d’un supermarché afin d’écouter discrètement une conversation entre des clients. Le poisson et les clients sont des matériaux littéraires susceptibles d’être utilisés dans la fabrication d’une de ses œuvres. Et moi aussi je suis un matériau puisque j’ai croisé Robert…
.
.
Recommandation de lectures : tous les carnets d’écrivain de Robert Lalonde, le plus récent étant La liberté des savanes. Une phrase à la fois simple et complexe de ce recueil (page 18) pour clore cet article et ouvrir le temps : « J’ai mon plein de vitamines pour la journée. »

L’enfant, la BD et la philosophie

mercredi 7 mars 2018

C’était l’anniversaire de mon petit fils. La famille s’était entendue pour lui offrir des albums de la série de BD Les légendaires. Il avait demandé ce cadeau après avoir regardé les images du premier album reçu à Noël, sans rien lire. Alors, les six nouveaux albums (la série en compte 20 à ce jour) ont été mis sur une tablette, bien en vue, et une condition d’accès a été posée : lire le tome 1, pour accéder au tome 2 et ainsi de suite. Quelques jours plus tard, ma fille Marie Anne entend à son réveil du bruit dans la chambre de son garçon. Elle entrouvre la porte : elle le voit déjà tout habillé en train de lire sa 5e BD. Apercevant sa mère, son visage s’illumine et il s’écrit avec un enthousiasme que je vous laisse visualiser: «Maman, j’adore lire !» Mattias est un enfant autiste.

           plus « L’enfant, la BD et la philosophie »

Je ne suis plus un drôle d’oiseau ou un couteau suisse : je suis une slasheure

dimanche 25 février 2018 (+ les commentaires d’internautes)

Ce matin, un signet de l’Atelier 10 est arrivé dans ma boite de courriel, avec un lien vers un article du journal Le Devoir : Le nombre de «slasheurs» adeptes du pluritravail est en progression. Enfin, je mets un nom sur ma profession ! Je peux désormais cesser de me désigner comme un drôle d’oiseau ou un couteau suisse, je peux renoncer à expliquer que je suis une mordue du pluritravail qui carbure à la polyvalence et au multitâche, et que l’hyperspécialisation et le travail en silo, c’est très peu pour moi; je n’ai plus qu’à dire : « Je suis une slasheure». plus « Je ne suis plus un drôle d’oiseau ou un couteau suisse : je suis une slasheure »

Le président, la poète et la Statue de la Liberté

mercredi 17 janvier 2018

Une autre histoire américaine où la poésie parle au politique. Lundi dernier, à RDI, la journaliste Francine Pelletier commentait la politique d’expulsion des clandestins de  Donald Trump, en rappelant le sonnet de la poétesse juive Emma Lazarus (1849-1887), gravé sur le socle de la Statue de la Liberté :

« Donnez-moi vos pauvres, vos exténués
Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres,
Le rebut de vos rivages surpeuplés,
Envoyez-moi ces déshérités rejetés par la tempête
De ma lumière, j’éclaire la porte d’or ! »

Le président, le poète et le physicien

dimanche 26 novembre 2017

Avec l’aide de mes lecteurs, j’ai répertorié et documenté à ce jour quatre présences improbables de poésie dans des films (voir mon bloque du 29 juillet 2017), mais cet après-midi, j’ai trouvé quelque chose d’autre qui s’en rapproche : un processus de création poétique aussi fictif que crédible dans un épisode de la série américaine Madame la Secrétaire d’État. Le scénario s’appuie sur une tradition instituée par J.F. Kennedy: la lecture, pendant la cérémonie d’investiture du président des États-Unis, d’un poème. À la première investiture de Barak Obama, cet honneur est revenu à Elizabeth Alexander, qui a récité son poème spécialement écrit pour l’occasion: Praise Song for the Day (texte plus bas). Je n’ai pas cherché à savoir si un poème a été lu lors de l’investiture de Donald Trump.

Dans la série télévisée – créée par une femme, Barbara Hall –…. plus « Le président, le poète et le physicien »

Je suis obligée d’aimer Hydro

samedi 4 novembre 2017

«J’ai vu la pièce J’aime Hydro. L’intelligence de Christine Beaulieu est manifeste tout autant que le naturel avec lequel elle occupe l’espace. Leslie Piché me disait avoir entendu à la radio, il y a quelques temps, l’épisode 1 (il y a en maintenant 5) du spectacle et ne pas avoir été impressionnée par le texte. Béatrice Picard, elle, n’avait pas jugé le texte pertinent pour le public du Théâtre Jean-Duceppe (elle est membre du comité de sélection). Toutes les deux ont raison. C’est le tout sur scène qui est sensationnel : trois comédiens (Christine, Mathieu Doyon en animateur de radio et Mathieu Gosselin incarnant 28 rôles à lui seul!), des vidéos d’archives, des photos, des illustrations, du motion design, des post-its projetés sur grand écran, des éléments de décor mobiles, simples et efficaces, absolument tout est nécessaire, sauf le mot moralisateur de la fin que Christine lit comme si elle venait de l’ajouter à son show (ce qui est peut-être le cas, je vais le vérifier dans le livre que je me procurerai en PDF – chose certaine, j’ai entendu des murmures désapprobateurs dans la salle).
Ah ! j’oubliais de vous le préciser : … plus « Je suis obligée d’aimer Hydro »

Yétili et les poètes

21 octobre 2017

C’est un autre article de mon blogue qui parle d’éducation (voir l’article du 23 décembre 2016). Lorsque je garde chez moi mes trois petits-enfants, on se tasse sur le divan en regardant la chaine Yoopa. Rarement des émissions que je laisserais mes petits regarder seuls, alors on commente, on réfléchit sur ce qu’on voit, on tire des leçons et on dessine en même temps. Mais ce matin, à 7 h 45, 15 minutes de pur bonheur en compagnie de Yétili (le yéti qui lit)…

      plus « Yétili et les poètes »

La saison de l’élagage

9 octobre 2017

Fin septembre, j’étais en retraite d’écriture à Saint-Pierre-Les-Becquets, dans un petit chalet en bordure du fleuve. Sans Wifi ni téléphone. Il faisait très très beau. Un après-midi, j’ai voulu visiter le village : oser les «frites maison» et jaser avec la serveuse, m’immiscer quelques minutes à la coopérative artisanale où des femmes s’employaient à tisser des catalognes à l’ancienne pour le Marché de Noël et explorer la bibliothèque. Nous y sommes : on venait d’y faire l’élagage des livres en trop, il y en avaient quelques centaines à l’entrée, à donner. J’ai voulu connaitre les critères d’élagage.

           plus « La saison de l’élagage »

Erreur sur la destination

28 mai 2017
.
Une réponse de Jean-Luc Proulx à lire dans Entrevous 05 (octobre 2017).
.
«Je reviens de Rome davantage assommée par les histoires de cruauté et de vénalité qu’éblouie par la grandeur d’une civilisation conquérante et la richesse artistique d’un pouvoir religieux. J’ai aimé en revanche marcher parmi les populations des collines de l’Ombrie, fières de restaurer leurs villages et de réinventer une agriculture écologique, moderne.» C’est ainsi que j’ai commencé mon liminaire du numéro 04 de la revue d’arts littéraires ENTREVOUS. La suite a bifurqué sur autre chose que ce voyage pendant que bien des questions sur moi-même demeuraient en plan. Qu’y avait-il à apprendre encore? plus « Erreur sur la destination »

La cloche 826

26 février 2017

Je l’ai reçue en cadeau au printemps 2000 : posséder la cloche 826 m’octroyait une place sur l’esplanade de l’Oratoire Saint-Joseph parmi les 2000 carillonneurs de la Symphonie du millénaire. Cela tombait bien, mon moral n’était pas au plus haut. Ç’est ça l’amitié : se voir offrir ce dont on a besoin à ce moment-là. Et voilà qu’aujourd’hui, ma cloche a carillonné à nouveau, pour la reprise de la symphonie* à la Basilique. Et ça tombe bien, encore une fois. Nous ne sommes plus que 20 carillonneurs, plus privilégiés encore qu’au tournant du millénaire de faire partie de cette musique. Carillonner «emmieute» le moral.

*Pour fêter le 375e de Montréal, Walter Boudreau a fait une recréation respectueuse de l’œuvre collective originale. Un projet de la Société de musique contemporaine du Québec. Interprétation de l’Orchestre Philarmonique des Musiciens de Montréal.
Tiens! mon cercle de relations professionnelles s’est agrandi depuis 2000 : outre Walter Boudreau, j’ai fait la connaissance entretemps d’un autre des compositeurs de la symphonie, 
Anthony Rozankovic (rencontré au Festival de Lanaudière l’été dernier, pour un article dans Entrevous 03). Il y a aussi un Vincent Collard dans la liste : est-ce celui dont j’ai publié la poésie dans la revue Brèves littéraires 89 ? Je lui laisse un message dans sa boite vocale… à suivre.

La vie en tableaux, comme au cinéma

6 février 2017

Souper-causerie au Saint-Houblon, samedi dernier, puis film à la cinémathèque. Nous sommes cinq*, de la Société littéraire de Laval, en reportage pour la revue Entrevous.
J’ai déjà écrit avoir dans ma tête un carrousel  de diapositives qui toutes montrent un détail de ma vie. Technologie périmée, remplacée avantageusement par un album de photos numériques qui défilent à souhait sur mon écran intérieur. Ma vie en tableaux muets et figés me rapproche de Réjane Bougé. Dans son récit Je ne me lève jamais avant la fin du générique, elle dévoile 34 séquences de son histoire personnelle, chacune associée à un ou plusieurs films (154, au total!) , dont celui qu’elle a présenté à la cinémathèque, Thérèse**, construit au plus près d’un autre de ses récits intimes sensoriels, Bruits et gestes perdus, quarante-deux tableaux pour une disparition***.
Si la présentation de Réjane nous a bien préparé à voir le film avec ses yeux, on aurait aimé qu’un échange avec elle soit prévu ensuite. Dans notre groupe, Gilbert et Thérèse, compositeur et librettiste d’opéra, auraient exprimé leur doute qu’au Carmel de Lisieux on ait chanté La Belle Hélène d’Offenbach. Louise aurait partagé son émotion esthétique et spirituelle et fait le rapprochement avec Dialogues des carmélites, opéra vu quelques jours auparavant en lien avec le documentaire qu’elle a réalisé sur les Carmélites de Berthierville. Je ne suis pas certaine que Lucette, artiste en arts visuels, aurait voulu ajouter quelque chose. Quant à moi, qui n’a pas d’affinité avec la sainteté refermée sur elle-même, j’aurais dit que la poétique des images du réalisateur Alain Cavalier me rappelle Dogville de Lars von Trier. Je n’aurais pas pensé, à chaud, à tous les films qu’à l’instar de Réjane, j’ai mentionné dans mes écrits : Salé sucré, Le festin de Babette, Sentimentalement vôtre, La Grande bouffe, Le Club de la chance, Bagdad Cafe… 
Vous, lecteur, je suis certaine que votre vie aussi est un festival de films. J’aimerais vous lire à ce sujet : voilà un appel à contributions de plus pour Entrevous.

plus « La vie en tableaux, comme au cinéma »

Le brochet

28 janvier 2017

Est-ce que j’aime l’hiver ? De moins en moins, mais de plus en plus j’aime sortir mes petits-enfants et hier, nous sommes allés en famille pêcher sous la glace de la rivière des Mille-Iles. Des messieurs très sympathiques de l’organisme à but non lucratif qui loue les cabanes de pêche, chauffent le poêle à bois, déglacent les trous, nous remettent une chaudière de menés (les appâts) et nous installent une brimbale, nous laissant le plaisir des neuf autres. Et l’attente commence puis, vers 15 heures, ma fille Marie Anne sort de l’eau un beau brochet. Elle pêche depuis son enfance (j’en témoigne) et, dit-elle, elle n’est jamais revenue bredouille. D’autres familles accourent, une fillette pleure devant le poisson qui s’agite sur la neige, une jeune garçon effleure prudemment de sa mitaine la peau de l’animal. Mes trois petits enveloppent leur trophée dans du petit journal et l’installe dans notre traineau. Les messieurs disent qu’il y aura quelque chose à inscrire au calendrier à la fin de la journée ! Notre brochet est le seul que la rivière a sacrifié au cours de cette journée venteuse.

peche_blanche_cabanes   Notre cabane : la rouge, numéro 4.
.
Qu’est-ce qu’une pêche blanche en janvier a à voir avec la littérature ? En début de semaine, j’ai rédigé un projet de médiation culturelle qui initiera à la littérature québécoise des immigrants lavallois en processus de francisation. Le premier récit, de Martin Thibault, s’intitule Sur le chemin Marchant. Une histoire de chasse à la perdrix en octobre et de pêche au printemps. Pour Martin comme pour moi, il est facile de transformer l’automne aussi bien que l’hiver en «eau fraîche, dans son imagination. Comme celle du mois de juin quand le goût de la truite force les pêcheurs à s’enfoncer jusqu’aux cuisses dans la rivière Wildcat, qui coule pas très loin du chemin Marchant.» (p. 17, éditons du Noroit). Et vous ?

La culture à l’école : le meilleur et le pire

23 décembre 2016

Cette semaine, deux de mes petits-enfants présentaient un numéro dans le spectacle de Noël de leur école primaire. Pas de problème pour le groupe de Lilou, 6 ans, qui dansait sur une jolie musique sans parole. Le groupe de Mattias, 8 ans, s’en est tiré très bien lui aussi avec la chanson On écrit sur les murs des Kids United, un groupe de six jeunes Français formé en 2015 pour une campagne de l’UNICEF. S’ils se sont dotés d’un nom anglais, ils chantent des textes intelligents qui célèbrent la paix et l’espoir, et ce en français (sauf Imagine de John Lennon). En somme, le répertoire de Kids United est un choix parfait dans un milieu éducatif, d’autant plus que les profits de la vente de leurs CD sont partagés pour venir en aide à des enfants du monde entier (déjà plus d’un demi-million d’albums vendus).

kidsunitedalbums

Les paroles sont sur Internet, allez-voir… Personnellement, j’ai fait mieux : j’ai téléphoné chez Archambault et réservé leurs deux CD que j’irai chercher tout à l’heure. Je les offrirai à Noël à mes chers petits et je suis certaine qu’ils connaitront bientôt les paroles des chansons, qu’ils s’inventeront de charmantes chorégraphies et que leurs parents seront enchantés de tout cela.

Là où le bât a blessé à cette école de Laval? Le numéro de la 5e année : une parodie de l’émission La Voix, avec un jury de similis Marie-Mai, Isabelle Boulay, Éric Lapointe et Marc Dupré complaisants et, surtout, le choix des chansons du karaoké : une en anglais (ce n’était pas dans le contexte d’un cours de langue seconde) et l’autre d’un goût douteux : Papaoutai. Les pré-ados avaient le sens du rythme et du spectacle, mais leurs enseignantes, avaient-elles lu les paroles?  Je vous en «copie-colle» un bout… lisez la suite et écrivez-moi ce que vous en pensez.  plus « La culture à l’école : le meilleur et le pire »

J’aurais voulu être un cozic…

17 novembre 2016

Le 9 novembre dernier, j’ai retrouvé à l’édifice des Archives de la BAnQ une belle équipe de reporters d’ENTREVOUS pour une visite commentée de l’exposition Le livre d’artiste repensé, qui souligne les 50 ans de l’Atelier Graff. Les commissaires ont juxtaposé des livres d’artistes de la relève, créés pour l’occasion, à des livres d’artistes de la collection de la BAnQ, réalisés à l’atelier Graff au fil des ans. A priori une bonne idée. J’ai circulé, dubitative, d’une œuvre à l’autre et j’ai stoppé net devant On nous épie : un livre d’artiste de photos d’une installation de Cozic, avec un poème de Jean-Paul Daoust.

J’ai piqué sur Internet cette photo du bicéphale Cozic : un couple d’amoureux, Yvon Cozic et Monic Brassard, qui créent des œuvres communes depuis plus de cinquante ans et les signent d’un seul nom.

yvon-et-monic

Ils étaient là, à l’expo Graff !  J’espérais cette rencontre depuis 1997 ! Je l’ai dit à la tête mâle de Cozic : son (leur) projet de vie, c’est mon idéal. Depuis mes 17 ans, je cherche la tête d’homme qui fera de nous un artiste bicéphale. Si vous me connaissez, vous savez qu’entre 2010 et 2016, j’ai pensé avoir réussi et qu’il m’a reléguée dans ses limbes. Mais laissons cela, ce que je veux ici, c’est tenir une promesse faite à Cozic de retrouver l’extrait de mon roman écrit en 1997, Quatre nuits quatre matins, qui parle de lui (d’eux). Le voici :

« Adieu : formule par laquelle on marque qu’une chose est perdue pour soi.  Solitude : situation d’une personne qui est seule, de façon momentanée ou durable. D’une personne qui n’a plus que le rêve.
J’ai rêvé de rêver ma vie à deux… De m’évader ensemble… Comme Cozic. Ces artistes qui signent d’un seul nom. Deux géniteurs, une seule œuvre. Depuis vingt ans. Symbiose. Fusion. Rituel. Archéomysticisme. Ils exposent. Dans la première salle, un guerrier qui assure la protection d’autels disparates. Dans la deuxième, un parcours d’offrandes. Dans la dernière, trois gisants, symboles de foi, de charité, d’espérance.
Espoir : personne qui est l’objet de ce sentiment.»

Je fais un ajout à ce blogue (le 24 novembre).
À l’expo Graff, la tête mâle de Cozic et moi, nous avons parlé du Code Couronne, un autre projet réalisé avec le poète Jean-Paul Daoust. Suivez ce lien, et dites-moi si cela vous fascine autant que moi :  http://www.lapresse.ca/arts/arts-visuels/201311/06/01-4707898-cozic-derniers-actes-du-code-couronne.php