Du Grand Bleu à la La leçon de piano à un mur végétal

2 avril 2022

Le 30 mars, j’ai posté dans le Facebook de «Cinéma & Littérature» une nouvelle de Marthe Couder (une élève de mon atelier d’écriture, qui m’y a autorisée) dans laquelle elle fait un rapprochement (la noyade) entre deux films : Le Grand Bleu et Le Leçon de piano. Sa création littéraire s’intitule : «Il faut une bonne raison pour remonter».

Un membre du groupe, Robert Cervetti, m’a écrit (a-t-il réalisé que son mot ne s’adresse pas à moi, mais à Marthe?): «Magnifique texte. Vous êtes une rêveuse une romantique. Vous espérez l’absolu… Moi je n’ai croisé que des dauphins 😉et le metteur en scène Jacques Mayol à Marseille.»

Je lui ai répondu : «Il arrive qu’on croise quelque part quelqu’un d’inattendu, et que cela soit un beau moment. Un jour, j’ai croisé un homme vert, tout vert, des chaussures au cheveux. Il était devant son mur végétal du musée du quai Branly, le jour de l’inauguration. On a parlé, j’ai fait une photo. Je n’avais pas d’invitation, je suis entrée avec lui, Patrick Blanc, dans l’espace de Jean Nouvel. C’était comme au cinéma!»

J’aime l’imprévu des enchainements d’idées!